marieAnne
CRÉMATION ET DEVENIR DES CENDRESVu 1703 fois

MES DÉMARCHES>  

CRÉMATION ET DEVENIR DES CENDRES
La crémation et le devenir des cendres

Les premières traces de crémation remontent au Néolithique. Bien qu’elle plonge ses racines dans la préhistoire, il faudra attendre la loi du 29 octobre 1887 sur la liberté des funérailles pour que la crémation soit autorisée en France. Depuis, le nombre de familles qui optent pour ce choix de funérailles ne cesse de progresser pour dépasser aujourd’hui 1 famille sur 3.

La question du devenir des cendres est importante. Les volontés exprimées par le défunt se heurtent parfois à la législation. Les possibilités sont néanmoins plus nombreuses que pour une inhumation.

La conservation des cendres


L’urne contenant les cendres peut être inhumée dans une concession en pleine terre ou en caveau familial, ou scellée sur un monument funéraire. Il est aujourd’hui possible d’inhumer l’urne dans une sépulture cinéraire qui est une « mini tombe » d’1 m²  spécialement prévue pour les urnes cinéraires. Enfin, l’urne peut être déposée dans une case de columbarium.
Le partage des cendres et leur conservation à domicile sont formellement interdits.

La dispersion des cendres


Les cendres du défunt peuvent être dispersées dans un jardin du souvenir spécialement aménagé à cet effet dans un cimetière ou à proximité du crématorium. Il est également possible de de procéder à la dispersion en milieu naturel à l’exception des voies publiques ou des équipements ou espaces tels que les jardins publics ou les enceintes sportives.
fleche blanche